Bandeau_reaf_Complet.gif

Income Hiding and Informal Redistribution: A Lab-in-the-field Experiment in Senegal
Karine Marazyan  1, *@  , Marie Boltz  2, *@  , Paola Villar  3, *@  
1 : UMR Développement et Sociétés  (UMR D&S)  -  Site web
Institut de recherche pour le développement [IRD] : UR201, Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne
45 bis av de la belle gabrielle 94700 Nogent sur Marne -  France
2 : Centre de recherche en économie du développement  (CRED)  -  Site web
rue de Bruxelles 61, B-5000 Namur, Belgique -  Belgique
3 : Institut National d'Etudes Démographiques Paris  (INED)  -  Site web
INED
133 Boulevard Davout, 75020 Paris -  France
* : Auteur correspondant

En Afrique sub-saharienne (ASS), les individus transfèrent fréquemment une part importante de leurs ressources économiques aux membres de leur réseau social qui compte souvent les membres de la famille élargie, mais aussi, les amis et des voisins. En l'absence de marché de crédit ou de l'assurance et face au caractère répété de chocs de revenu et de santé, cette redistribution répond, en partie, à une logique économique d'assurance informelle. Ces transferts peuvent remplir d'autres fonctions et à ce titre être motivés aussi par de l'altruisme, la recherche d'un certain prestige social, etc. Ils peuvent également être contraints, la pression sociale à redistribuer étant forte, comme au Sénégal, notre contexte d'étude. Différents auteurs ont récemment suggéré que cette redistribution du revenu, à côté de ses bénéfices éventuels en termes d'assurance, pouvait induire des distorsions économiques. En effet l'obligation de redistribuer peut modifier la façon dont les ressources monétaires et en temps sont allouées, au détriment du travail, de l'épargne, de l'investissement, pour les individus souhaitant la réduire ou lui échapper. Ces distorsions, si elles sont importantes, peuvent être un frein au développement des pays d'ASS. C'est pourquoi il convient de les mesurer le plus précisément possible. C'est l'objectif principal de ce travail.
Nous soulevons trois questions : (1) quelles sont les caractéristiques des individus qui souhaitent échapper à la contrainte de redistribuer son revenu et quels coûts sont-ils prêts supporter dans ce but ? (2) Une fois donnée l'opportunité d'échapper à la contrainte de redistribuer un revenu perçu, comment les décisions d'allocation des ressources sont-elles modifiées ? (3) D'où vient la contrainte de redistribuer : des membres du ménage, de membres de la famille hors ménage, du voisinage ?
L'exploitation de données d'enquêtes standards ne permettant pas de répondre à ces questions de façon rigoureuse, notre méthodologie est originale et repose sur la combinaison de données collectées dans le cadre de


Personnes connectées : 2