Bandeau_reaf_Complet.gif

Vulnérabilité et résilience des zones littorales plates d'Afrique de l'Ouest sahélo-soudanienne
Luc Descroix  1@  
1 : Patrimoines Locaux  (PALOC)  -  Site web
Institut de recherche pour le développement [IRD] : UMR208, Muséum National d'Histoire Naturelle (MNHN)
UMR 208 "Patrimoines Locaux" - Muséum National d'Histoire Naturelle - Laboratoire d'Ethnobiologie - 1er étage - 43 rue Cuvier - 75005 Paris -  France

Les régions littorales d'Afrique de l'Ouest sont extrêmement plates et les plaines côtières s'étendent sur de grandes distances à l'intérieur du continent. Elles sont fréquemment constituées de vasières souvent occupées par un agro-système mangrove-riziculture. Celui-ci a été dégradé par le long épisode sec des années 70-80 qui a entraîné une sur-salure de nombreux bras de mer, une surmortalité de la mangrove et l'abandon de nombreuses rizières. Un fort exode rural touche aussi cette région depuis bien avant l'épisode de la sécheresse ; il a certainement accéléré la dégradation des terroirs, par défaut d'entretien des équipements communautaires demandant des travaux réalisés traditionnellement à l'échelle des villages (digues, drains, canaux, etc).

Le retour à une pluviométrie proche des moyennes centenaires aurait pu se traduire par une désalinisation relative des sols et des nappes. Or la plupart des acteurs (cultivateurs, éleveurs, pêcheurs, etc) s'entendent pour dire que les sols et les eaux sont en train de se saliniser. En plus des hausses des températures, le changement climatique a une conséquence indirecte sur les littoraux, l'élévation du niveau océanique. Celle-ci est peut être bénéfique pour la mangrove, dont la surface augmente en Afrique de l'ouest, même sans tenir compte des reboisements, à l'inverse de la mangrove mondiale. Par contre elle favorise la pénétration du coin salé à l'intérieur des terres et celle des marées dans les « bolons » (bras de mer de la mangrove).

Par ailleurs, les zones de riziculture inondée denses sont sujettes à une forte émigration, et on voit apparaître un manque de main d'œuvre ; celui-ci pourrait expliquer le défaut d'entretien des digues et drains collectifs, facilitant la pénétration de l'eau de mer dans les vasières ?

Ce travail vise à analyser quelle est la part respective du changement climatique ou des migrations dans la sape des digues de protection et la pénétration d'eaux salées dans les zones littorales.



  • Présentation
Personnes connectées : 3