Bandeau_reaf_Complet.gif

SOCIÉTÉ CIVILE AFRICAINE ET PANAFRICANISME: quelle contribution dans la conceptualisation et la concrétisation de l'idéal panafricain ?
Johanna Tadadjeu Menda'a  1@  
1 : Ministère de la Recherche Scientifique et de l'Innovation  (MINRESI)

Le terme panafricanisme correspond à un vaste programme visant à regrouper en un Etat unitaire toutes les populations d'origine africaine. C'est dans cette optique que les Chefs d'Etats et de Gouvernements membres de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA), réunis adoptent l'Acte constitutif de l'Union Africaine (UA) le 12 juillet 2000. Cependant, si l'avènement de l'UA fut une décision politique, la société civile africaine apparaît comme un acteur majeur du panafricanisme. En effet, depuis les luttes de libération afro-américains à la décision d'Accra de 2007 fixant l'avènement des Etats-Unis d'Afrique comme but ultime de l'UA, en passant par les luttes d'indépendances africaines, la création de l'OAU et aujourd'hui de l'ECOSSOC au sein de l'UA comme tribune continentale des OSC, la société civile à travers des personnalités comme DUBOIS, Cheikh ANTA DIOP ou WANGARI MAATHAI, a toujours été de toutes les batailles et dans toutes les différentes évolutions conceptuelles qu'a connue l'idéologie panafricaine. La problématique du rôle de la société civile et son apport au processus de « panafricanisation » du continent va bien au-delà d'une contribution isolée. Cette participation s'allie de façon complémentaire aux initiatives des décideurs politiques. Cette réflexion utilise d'une part le libéralisme classique compte tenu de l'importance qu'il accorde aux acteurs non étatiques sur la scène internationale ; et d'autre part le constructivisme comme théorie explicative du « comment », pour nous permettre de comprendre comment l'idéologie panafricaniste et la société civile se construisent. L'essentiel des données présentées proviennent de travaux de terrains conduits à Yaoundé et à Addis Abéba. Il s'agit des entretiens semi directifs auprès des membres de la société civile (universitaires, responsables des Osc) et des fonctionnaires de l'UA, de la consultation des archives à l'UA, et de la revue documentaire. Ce travail s'articule finalement sur trois principaux axes : la société civile africaine aux origines du panafricanisme, le rôle de la société civile dans la création du Conseil Economique Social et Culturel de l'Union Africaine (ECOSOCC) et enfin, la société civile et le projet de constitution des États-Unis d'Afrique.

Mots clés : société civile, panafricanisme, origines, États-Unis d'Afrique.


Personnes connectées : 2