Bandeau_reaf_Complet.gif

« L'autre diplôme ». Être et rester « cosmopolite » grâce à l'acquisition d'une seconde nationalité chez les élites maliennes.
Kevin Mary  1@  
1 : UMR ART-DEV 5281 CNRS
Université de Perignan Via Domitia

Cette communication propose une lecture des multiples enjeux qu'implique l'acquisition d'une seconde nationalité d'un pays du Nord dans les familles d'élites maliennes. À partir des trajectoires d'étudiants maliens aux États-Unis et au Canada issus de familles aisées et cherchant à acquérir une seconde nationalité de leur pays d'études, la contribution s'interrogera sur l'importance d'une telle démarche pour ces étudiants ou anciens étudiants, qu'ils qualifient eux-mêmes « d'autre diplôme ». Pour ces élites, tout indique en effet qu'arriver à devenir binational ne procède pas d'un rapport univoque, mais fait au contraire émerger une pluralité de logiques qui souvent se combinent les unes aux autres : pouvoir voyager plus facilement, disposition sociale distinctive dans le pays d'origine, mais également solution de repli en cas de difficultés rencontrées au Mali, ou encore stratégies d'acquisition de la citoyenneté pour sa descendance, en vue de prolonger et faire profiter de ces avantages à la génération future, s'articulent selon des modalités qui seront mises à jour. À travers ce processus d'acquisition d'une seconde nationalité se joue ainsi une forme de cosmopolitisme par la marge construit par ce groupe social, permettant de développer et de pérenniser ce que l'on pourrait nommer un « habitus cosmopolite ».

Cette recherche prend appui sur un terrain de nature ethnographique mené entre 2009 et 2011 au cours duquel des entretiens ont été conduits auprès d'étudiants maliens à Moncton (Canada), New York et Washington. Elle se base également – et plus particulièrement – sur le suivi longitudinal de trajectoires de plusieurs familles membres de la bourgeoisie malienne à Bamako durant ces trois années d'enquêtes.



  • Présentation
Personnes connectées : 1