Bandeau_reaf_Complet.gif

« Se purifier pour aller mieux »: la place des réseaux religieux dans les itinéraires thérapeutiques des personnes âgées en milieu rural sérère
Sadio Ba Gning  1@  
1 : université Gaston-Berger, Saint-Louis  (UGB)
Route de Ngallèlle. BP 234, Saint-Louis -  Sénégal

 Ateleir "Vieillissement et santé en Afrique. Exemples de solidarités et interventions extra-familiales." Muriel Sajoux

Les Sérères du Siin[1] constituent une importante société agraire fortement marquée par un syncrétisme religieux. Malgré les influences du christianisme et de l'islam, elle reste attachée aux croyances traditionnelles. Dans ce contexte, la santé est avant tout perçue dans l'imaginaire populaire comme le corollaire du respect des normes, droits et obligations sociales inculqués très tôt dans l'univers familial. Les travaux sur la tradition médicale sérére (Collignon et Becker, 1989, 1991) et les pratiques rituelles de guérison (Gravrand, 1966, 1973, 1990, Dupire, 1976, 1985) ont permis de mieux comprendre l'univers symbolique de cette communauté. Cependant les recherches qui mettent en lien la santé des personnes vieillissantes et les réseaux thérapeutiques mobilisés en dehors de l'espace domestique demeurent encore limitées.

Pour contribuer à cette thématique, nous étudierons ici la place des réseaux religieux dans la construction sociale de la maladie et de la guérison chez les personnes vieillissantes. Comment se sentent-elles malades, guéris ou « allant mieux ». Quelles sont les ressources mobilisées pour se soigner, quels sont les supports (rôle et place de la confession religieuse, des amis, voisins, etc.). Comment les personnes âgées vivent-elles la dépendance par rapport à la maladie, puis la reconquête de la santé. Il convient donc d'étudier la manière dont la maladie est vécue comme « pollution » et effet de l'avancée en âge, et la guérison comme libération et « purification ».

Pour atteindre cet objectif, nous mobiliserons sur le plan méthodologique, une partie des données qualitatives d'une recherche postdoctorale[2]. Il concerne 35 entretiens approfondis auprès d'une population âgée vivant en milieu rural. Les entretiens semi directifs ont porté sur les perceptions étiologiques et les trajectoires thérapeutiques religieuses décrits par les enquêtés. Ainsi après avoir décrit dans une première partie l'univers des croyances liées à la santé des personnes vieillissantes, nous étudierons dans une deuxième partie les perceptions étiologiques à travers de vécues de maladies dites liées à l'âge, avant de consacrer une troisième et dernière partie aux pratiques de guérison. Il s'agira d'étudier la place des réseaux religieux dans les diagnostics et trajectoires thérapeutiques des personnes vieillissantes.

 

 


[1] Le Siin est le pays du groupe ethnique sérère originaire de la Petite-Côte du Sénégal et dans la région de Fatick.

[2] Il s'agit du projet « Reso » qui étudie le lien entre santé et réseaux sociaux dans l'observatoire de Niakhar. Financé par le National Institute of Health (NIH), ce projet est conduit par l'université de Georges Washington en partenariat avec l'Institut de Recherche pour le Développement.


Personnes connectées : 2