Bandeau_reaf_Complet.gif

Souverainetés locales et traites négrières dans l'espace atlantique et indianocéanique (XVIIe-XIXe siècles)
Rafaël Thiebaut  1@  , Cheikh Sene * @
1 : Institut des mondes africains  (IMAF)  -  Site web
Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne : ED113
Institut des mondes africains - 9, rue Malher 75004 Paris -  France
* : Auteur correspondant

Au-delà des débats sur la place de l'Afrique dans le monde et dans les dynamiques anciennes de la mondialisation, dans lesquelles le continent s'est inscrit bien avant le XVIe siècle (Beaujard, 2012), nous souhaitons aborder à travers cet atelier la question des souverainetés locales dans leurs relations complexes aux traites négrières atlantiques et indianocéaniques. Entre le XVIIe et le XIXe siècle, la traite des esclaves constitua l'un des commerces les plus importants en Afrique et dans le monde. De fait, ce continent joua un rôle économique majeur à l'échelle mondiale en fournissant une main-d'œuvre servile nécessaire tant dans des plantations américaines que dans des mines asiatiques.

A partir du XVIIe siècle l'intensification de la traite transatlantique, à des effets politiques que nous aimerions explorer davantage. C'est à cette période que des réseaux marchands cosmopolites – comprenant des Européens, des Africains, des Arabes, des groupes métis – se constitue et pèse diversement sur des chefs et souverains d'importance variable. Partout sur le continent africain, le contrôle de ports de traites devient un enjeu fondamental. C'est par exemple le cas en Sénégambie et à Madagascar où des pouvoirs locaux ont été les principaux bénéficiaires des retombées fiscales issues de taxes imposées aux commerçants européens. Cette question est l'un des exemples que nous souhaitons explorer à travers une lecture politique de la traite en termes de souveraineté (Surun, 2014). Cette approche comparative se double d'une volonté de valoriser des recherches émergentes s'appuyant sur des sources inédites ou peu exploitées, présentes dans les archives occidentales et africaines. Dans le cas de l'océan Indien, l'analyse plus systématique de journaux de bord, de rapports et correspondances se trouvant dans les archives de la Compagnie des Indes Orientales (V.O.C.) aux Pays-Bas, se révèle prometteuse comme l'ont montré quelques pionniers (Ellis & Randrianja 2001). Il s'agit de documents d'une grande richesse qui permettent de contribuer à l'histoire de communautés politiques littorales (notamment Sakalava, Betsimisaraka). Cet atelier entend faire le point plus généralement sur les ressources archivistiques européennes et africaines moins connues qui débouchent sur une connaissance plus fine de l'histoire politique du continent entre le XVIIe et le XIXe siècle.

 

Bibliographie

Afrique

Petré-Grenouilleau, O., 2004, Les traites négrières, Essai d'histoire globale, Paris, Gallimard.
Zatorska, I., 2004, Discours colonial, discours utopique: témoignages sur la conquête des antipodes, XVIIe –XVIIIe siècles, Warszawa, Uniwersytet Warszawski.

Sénégambie

Boulègue, J., 2013, Les royaumes Wolof dans l'espace sénégambien (XVIIIe-XIXe siècle), Paris, Karthala.

Pondopoulo, A., 2011, « Les compagnies de commerce face à la crise de la traite des esclaves : les récits sur les peuples du fleuve Sénégal à la fin du 18e siècle » in Bonin, H. et Cahen, M., Négoce blanc en Afrique noire, l'évolution du commerce à longue distance en Afrique noire du 18e au 20e siècle, SFHOM.

Surun I., 2014, « Une souveraineté à l'encre sympathique ? Souveraineté autochtone et appropriations territoriales dans les traités franco-africains au XIXe siècle », Annales. Histoire, sciences sociales, LXIX (2), p. 313-348.

 

Angola

Miller, J.C., 1988, Way of Death: Merchant Capitalism and the Angolan Slave Trade 1730-1830, Londres, J. Currey.
Richardson, D., & Ribeiro da Silva, F. (dir.), 2015, Networks and trans-cultural exchange: slave trading in the South Atlantic, 1590-1867, Leiden, Brill.

 

Côte orientale

Beaujard, P., Les mondes de l'Océan Indien. T. 1 : De la formation de l'Etat au premier système-monde afro-eurasien, T. 2 : L'océan Indien au cœur des globalisations de l'ancien monde (7e-15e siècles), Paris, Armand Colin, 2012

Diakité, T., 2008, La traite des Noirs et ses acteurs africains du XVe au XIXe siècle, Paris, Berg International.

Machado, P., 2014, Ocean of Trade: South Asian merchants, Africa and the Indian Ocean, c. 1750-1850, Cambridge, Cambridge University Press.
Médard, H., 2013, « La traite et l'esclavage en Afrique orientale et dans l'océan Indien : une historiographie éclatée » in H. Médard, M.-L. Derat & Th. Vernet (dir.), 2013, Traites et esclavages en Afrique orientale et dans l'océan Indien, Paris, Karthala & CIRESC, p. 31-64.
Vernet, T., 2009, « Slave Trade and Slavery on the Swahili Coast 1500-1750 » in A.B. Mirzai, I. Musah Montana & Paul E. Lovejoy (dir.), Slavery, Islam and Diaspora, Trenton, p. 37-76.

 

Madagascar

Bialuschewski, A., 2005, « Pirates, slavers, and the indigenous population in Madagascar, c. 1690-1715 », International Journal of African Historical Studies, 38 (3), p. 401-425.
Ellis, S. & Randrianja, S., 2001, « Les archives de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales et l'histoire de Madagascar. L'expédition du navire de la Verenigde Oostindische Compagnie (V.O.C.) Le Schuylenburg - septembre 1752 » in I. Rakoto (dir.), La route des esclaves. Système servile et traite dans l'est malgache, Paris, L'Harmattan, p. 47-73.

Hooper, J.L., 2010, An Empire in the Indian Ocean: The Sakalava Empire of Madagascar, thèse de doctorat, Emory University, Atlanta.

Sanchez, S.F., 2013, Le long XIXe siècle de Nosy Be et de la baie d'Ampasindava (Nord-Ouest de Madagascar). Dynamiques malgaches et mondialisations dans un comptoir du Sud-Ouest de l'océan Indien, thèse de doctorat, Université Paris Diderot - Paris 7.



  • Autre
Personnes connectées : 2